Collaborateurs artistiques

© crédit photo : Loic Seron

Dominique Brun
Danseuse, chorégraphe, pédagogue et notatrice en système Laban, Dominique Brun danse avec Jean Gaudin, Daniel Larrieu, José Caseneuve, Michèle Ettori, Michel Gérardin, Virginie Mirbeau et aujourd’hui avec Sylvain Prunenec.

Au sein du collectif, La Salamandre, elle obtient le 3ème prix au concours international de Bagnolet avec Waka Jawaka (1985). Elle est conseillère en chorégraphie auprès de Klaus Michaël Gruber pour La Cenerentola de Rossini (1981). Elle est co-fondatrice d’un collectif de danseurs, le Quatuor Albrecht Knust (1994-2003), avec lequel elle travaille à la recréation de danses du répertoire historique, à partir de partitions établies en système Laban.

Après la dissolution du Quatuor, elle crée alors Siléo (2004) à partir d’un texte de Wajdi Mouawad et de danses de l’entre-deux guerres (Valeska Gert, Kurt Jooss, Dore Hoyer, Doris Humphrey, Mary Wigman). Elle dirige Le Faune – un film ou la fabrique de l’archive, un DVD pédagogique réunissant deux versions filmées de L’Après-midi d’un faune de Vaslav Nijinski et de nombreux documents apportant un éclairage pluridisciplinaire sur l’œuvre.

Elle signe avec et pour Virginie Mirbeau, Medea Stimmen pour le festival Météores au Havre. Elle recrée pour la 62ème édition du festival d’Avignon L’Après-midi d’un faune dans Faune(s) d’Olivier Dubois. Elle fabrique avec Latifa Laâbissi, une version lente de La danse de la sorcière de Mary Wigman (2009) pour l’ouverture du Musée de danse de Boris Charmatz à Rennes. Sur l’invitation de ce dernier, elle participe à la manifestation 20 danseurs pour le XXème siècle conçue pour l’Opéra de Paris.

Elle reconstitue pour le film Coco Chanel & Stravinsky de Jan Kounen (2010) des extraits de la danse du Sacre du printemps de Nijinski (1913), à partir d’archives de l’époque, puis chorégraphie successivement une création Sacre # 197 (2012) et une reconstitution historique Sacre # 2 (2014) qu’elle réunit dans un diptyque qui rassemble 30 danseurs contemporains. La création de Jeux, études pour sept petits paysages aveugles, conclura ce cycle de créations consacré à l’œuvre de Vaslav Nijinski.

 

Sylvain Prunenec
Formé au conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris puis auprès de Ruth Barnes, Sylvain Prunenec a été interprète pour Dominique Bagouet, Odile Duboc, Hervé Robbe, Trisha Brown, Boris Charmatz, Loïc Touzé et Dominique Brun. Au sein de sa compagnie, l’Association du 48, créée en 1995 dont il partage la direction artistique avec Dominique Brun depuis 2012, il conçoit des projets chorégraphiques ouverts à des collaborations avec d’autres artistes : musiciens, plasticiens ou poètes.
Il a crée plus d’une quinzaine de pièces : soli, duos, pièces de groupe, mais aussi pièce jeune public. (Précis de camouflage, 2013).
Il a été accompagné en résidence par le Forum Culturel de Blanc-Mesnil, le Théâtre de Vanves, la Communauté d’Agglomération de Marne et Gondoire et depuis 2015, il est artiste en résidence au CDC-Paris Réseau Danse. Sa dernière création Vos Jours et Vos Heures, une pièce pour six danseurs inspirée du roman Les Vagues de Virginia Woolf, a été créé en juin 2015.

 

Sophie Laly

Sophie Laly est réalisatrice et artiste vidéaste née en 1973, vit et travaille à Paris.

Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Dijon en 1998, Sophie Laly engage un travail vidéo plastique sur les notions de temps et d’espace-temps via la question du paysage. Depuis, elle réalise ses propres projets d’art vidéo (installations, films documentaires, formats courts, etc.), collabore dans le cadre de créations chorégraphiques et a réalisé plus d’une centaine de captations de spectacles chorégraphiques.

Dans le milieu de la danse contemporaine française, elle a notamment collaboré en tant que vidéaste avec Emmanuelle Huynh, Rachid Ouramdane, Richad Siegal et Latifa Laâbissi. En 2008, elle engage une collaboration régulière avec Christian Rizzo, l’assiste sur toutes ses pièces, et co-signe la pièce néo-fiction en 2012, ainsi que D’après nature (pièce en épisodes, à ce jour 2 épisodes) en 2018.

En 2004, son film N/EVER reçoit un prix au cours d’Entraînements une compétition de films initiée par l’association EDNA et Siemens Art Program. En 2007, son film nous ne sommes pas intègre la collection de la cinémathèque de la danse. En 2008, son film PA reçoit le prix Nokia Paris-Rome, puis en 2012, un prix spécial pour la qualité cinématographique au festival LGBT Chéries-Chéris. En 2013, elle réalise le documentaire DES ENFANTS à partir du spectacle enfant de Boris Charmatz, sélectionné au festival Côté-Court de Pantin et présenté au centre Pompidou dans le cycle vidéodanse. Depuis 2013, elle crée FADING #, une installation vidéo in situ qui met en scène l’apparition d’une maison projetée à l’échelle 1 dans un paysage. En 2016, elle réalise La 25ème image sur l’invitation de Michèle Braconnier pour les 25 ans de L’L. Un film sur le lieu et ses résidents, un film à propos de la recherche. En 2017, à l’invitation de Mickaël Phelippeau, elle réalise Taper dans la balle, un film pensé comme une extension à son spectacle Footballeuses. En 2020, elle participe à la création de 48ème parallèle du danseur chorégraphe Sylvain Prunenec.

 

Ryan Kernoa

Ryan Kernoa est compositeur, musicien et sound designer français, basé à Pau dans le sud-ouest de la France. Il compose de la musique pour le théâtre, la danse contemporaine, la radio ou le cinéma.

Guitariste issu du rock noise (Kourgane) et de la musique expérimentale (duo Split Second avec la saxophoniste Christine Abdelnour), Ryan se passionne pour les multiples possibilités dramaturgiques du son et de la musique au cinéma, et plus largement pour la relation du son à l’image et à l’espace du « plateau ». Il travaille sur la perception du son dans l’espace, l’amplification et la spatialisation du son, le collage, la question du montage et de la forme dans la construction dramaturgique de la musique.

Il a collaboré notamment avec Olivier Coulon-Jablonka, Stéphanie Chaillou, Maya Boquet, Frode Bjornstad, Fanny Avram, Emmanuelle Lafon, Pascalle Monnier, Sonia Chiambretto, Frédéric Jouanlong, Emmanuel Rabu, Stéphane Garin, Stefano Canapa. Il joue actuellement dans OTARI avec le batteur Jérôme Renault, en duo avec le musicien Adrien Kanter et avec l’autrice Pascalle Monnier (P.O.L) pour leur création Fortune Cookies. En 2020, il crée la musique de 48ème parallèle, la prochaine création du danseur Sylvain Prunenec, de O la création d’Emma Morin d’après des textes de Léonard De Vinci au Théâtre de Nîmes ainsi que Ruin Porn Body. la prochaine création de Ecrire Un Mouvement. En 2020, il travaille également avec la cinéaste Naruna Kaplan De Macedo et avec le photographe de presse et chercheur à l’EHESS Olivier Saint-Hilaire. Il a composé plusieurs pièces pour le spectacle vivant, la littérature et la poésie, pour des projets dédiés au jeunes public (spectacle Te prends pas la tête à L’Opéra de Paris) et pour le domaine de l’illustration sonore (identité musicale de Radio Bloom).

Outre ses activités musicales, Ryan Kernoa est administrateur de production dans le domaine de la danse contemporaine en France. Il a travaillé avec Sylvain Prunenec, Aina Alegre, Dominique Brun, Thierry Escarmant, Carole Vergne, le duo Didier Ambact & Bahar Temiz.

Sophie Jacotot
Sophie Jacotot chemine dans plusieurs univers chorégraphiques, des danses arabo-berbères à la danse contemporaine, en passant par le tango dit «argentin». Docteure en histoire de l’Université Paris 1, elle publie en 2013 Danser à Paris dans l’entre-deux-guerres. Lieux, pratiques et imaginaires des danses de société des Amériques (1919-1939). Chercheuse associée au CRAL (EHESS) et au Centre d’histoire sociale du XXème siècle, elle s’intéresse au système d’écriture du mouvement créé par Pierre Conté mais aussi à celui de rudolf Laban. Après avoir travaillé comme chercheuse, avec Juan Ignacio Vallejos, auprès de Dominique Brun pour le film Chanel et Stravinsky de Jan Kounen, elle assiste la chorégraphe pour Sacre # 2, puis pour la création de Jeux, trois études pour sept petits paysages aveugles.

 

David Christoffel

David Christoffel est poète, compositeur et musicologue. Ses créations radiophoniques revisitent le grand répertoire musical, tels Norma, affaire criminelle (France Culture, 2010), le feuilleton Meurtre au conservatoire (France Musique, 2012) ou les Wesendonck-Hörspieler (Espace-2, 2013). Il investit également la création radiophonique sous l’angle de la
médiation musicale : depuis 2014, il mène des expériences avec les étudiants de la classe de Culture musicale du CNSMDP, il produit Le Téléphone Arabe (des intrigues d’opéras re-racontés par des collégiens) sur le site de l’Opéra de Paris et anime, en 2015, La Tribune à la Philharmonie de Paris. Certaines de ses créations radiophoniques ont fait l’objet de parutions discographiques : il a publié les albums Oecumétrucs (L’Artalect, 2007), Radio Toutlemonde vol. 1 et 2 (SuperMoyen, 2010 et 2014). Il s’intéresse aux changements de plans que la poésie impose à la musique et consacre sa thèse de musicologie (en 2011 à l’Ehess) aux mentions verbales sur les partitions de Satie (parution en 2015 chez MF-Editions). En poésie, il a fait paraître les ouvrages Littéralicismes (L’Attente, 2010) et Argus du cannibalisme (Publie.net, 2011). www.dcdb.fr

© crédit photo : Marc Domage

 

 

Les danseurs
Roméo Agid, Matthieu Bajolet, Caroline Baudouin, Marine Beelen, Garance Bréhaudat, Fernando Cabral, Lou Cantor, Sylvain Cassou, Clarisse Chanel, Miguel Garcia Llorens, Judith Gars, Sophie Gérard, Maxime Guillon-Roi-Sans-Sac, Sophie Jacotot, Anne Laurent, Clément Lecigne, Corentin Le Flohic, Anne Lenglet, Diego Lloret, Virginie Mirbeau, Johann Nöhles, Marie Orts, Edouard Pelleray, Laurie Peschier-Pimont, Maud Pizon, Sylvain Prunenec, Mathilde Rance, Énora Rivière, Julie Salgues, Marcela Santander, Jonathan Schatz, Lina Schlageter, Vincent Weber

 

 

 

 

David Christoffel – créateur sonore

David Christoffel est poète, compositeur et musicologue. Ses créations radiophoniques revisitent le grand répertoire musical, tels Norma, affaire criminelle (France Culture, 2010), le feuilleton Meurtre au conservatoire (France Musique, 2012) ou les Wesendonck-Hörspieler (Espace-2, 2013). Il investit également la création radiophonique sous l’angle de la
médiation musicale : depuis 2014, il mène des expériences avec les étudiants de la classe de Culture musicale du CNSMDP, il produit
Le Téléphone Arabe (des intrigues d’opéras re-racontés par des collégiens) sur le site de l’Opéra de Paris et anime, en 2015, La Tribune à la Philharmonie de Paris.

Certaines de ses créations radiophoniques ont fait l’objet de parutions discographiques : il a publié les albums Oecumétrucs (L’Artalect, 2007), Radio Toutlemonde vol. 1 et 2 (SuperMoyen, 2010 et 2014). Il s’intéresse aux changements de plans que la poésie impose à la musique et consacre sa thèse de musicologie (en 2011 à l’Ehess) aux mentions verbales sur les partitions de Satie (parution en 2015 chez MF-Editions). En poésie, il a fait paraître les ouvrages Littéralicismes (L’Attente, 2010) et Argus du cannibalisme (Publie.net, 2011). www.dcdb.fr